École du futur : compréhension et savoir-faire

+3 votes
513 vues
posée par christin Batracien fou (295 points) 20-Avril-2018 dans Education
recatégorisées par Flo.Cuvellier 26-Juin-2018

Un jour lointain, quelque part dans le futur, les professeurs et les élèves s’interrogeront sur la barbarie de notre système éducatif. J’exagère ? Prenons les cinq « derniers de la classe » de n’importe quelle école. Ils assistent à un cours. C’est obligatoire. Il y a des mécanismes administratifs qui les forcent à être là, dans la classe. Le professeur parle. Ces élèves ne comprennent pas ce qu’il dit. Ils reçoivent des sons, mais pas la moindre idée de ce que cela veut dire. Les leçons se succèdent ; ils s’enfoncent davantage. Et puis, il y a les tests et les examens. Ils reçoivent de très mauvaises notes, comme d’habitude. Le professeur rend les copies avec des annotations dévalorisantes. Les parents sont effondrés, désespérés, désemparés ce qui enfonce davantage nos cinq « cancres ». Et puis le professeur passe à la leçon suivante. C’est le programme, c’est obligatoire. À la fin de l’année, les élèves devront avoir suivi le cursus réglementaire de l’année. Le professeur n’a pas le choix ; les élèves non plus. Tout est réglementaire – c’est obligatoire, obligatoire, obligatoire – c’est le règlement – personne n’y peut rien – il y a un règlement et tout le monde doit obéir – sinon c’est le désordre.

Imaginez qu’on rassemble tous les députés, tous les sénateurs, tous les politiciens et hauts-fonctionnaires dans une grande salle. Ils n’ont pas le choix, ils doivent venir, c’est obligatoire. Ils doivent assister à un cours de mathématiques par monsieur Cédric Villani. Il porte sur les dernières équations.

On met ces braves gens dans les mêmes conditions que des élèves de primaire ou de secondaire. Ils n’ont pas le droit de sortir de classe, sauf quand c’est l’heure. Ils doivent être attentifs parce qu’à la fin du cours, il y aura un examen et s’ils ne le réussissent pas, ils perdront leurs postes.

Ce cours dure six heures par jour, pendant trois mois (juste un petit trimestre). Monsieur Villani leur assène ses équations, heure après heure, jour après jour, semaine après semaine. Personne ne comprend rien, mais ils doivent être là sous peine d’être punis. Ils ne doivent pas s’endormir, ni bavarder, ni travailler sur l’ordinateur – ils doivent écouter le professeur qui parle et parle et parle et démontre ses redoutables équations.

M’étonnerait que les « élèves » tiennent trois jours sans se révolter. On aurait une émeute, grève, occupation des locaux, destruction des serveurs d’examens, tags sur les murs, saccage des locaux et du mobilier.

Mais imaginez si en plus de ça des « parents » les assommaient de remontrances une fois rentrés chez eux pour « ne pas travailler assez ». Des enfants recevaient des torgnoles pour moins que ça, il fut une époque.

Non, ils ne tiendraient pas un trimestre, mais c’est ce que doivent subir des dizaines ou des centaines de milliers d’élèves année après année.

Si les étudiants et les professeurs du futur disposaient d’une fenêtre espace-temps et nous observaient, ils n’en croiraient pas leurs écrans. Quel beau cours d’histoire de l’éducation ils auraient là.

Pour apprendre quelque chose, pour comprendre quelque chose il faut du temps. Certains esprits apprennent et comprennent vite, pour d’autres c’est plus lent.

Voici une bonne définition du mot « comprendre ». C’est la traduction d’une définition anglaise de la première édition du Webster’s Dictionary of synonyms de 1942 – un vieux dictionnaire. Je la trouve très explicite.

« Comprendre : avoir une idée ou une conception claire et vraie, ou bien une connaissance exacte et complète de quelque chose.

« En général, on peut dire que comprendre se réfère au résultat d'un processus mental ou de processus mentaux (une idée ou une notion claire et exacte, ou une connaissance complète).

« Comprendre implique la faculté de recevoir et de retenir une impression claire et vraie. »

La compréhension est loin d'être un gadget !

Le deuxième point est l’acquisition de savoir-faire. Savoir écrire des lettres, des minuscules, des majuscules, savoir les tables d’addition, de multiplication, la règle de trois, savoir l’alphabet à l’endroit et à l’envers, instantanément, sans avoir à réfléchir, toutes ces choses sont des savoir-faire. Certains élèves les apprennent vite, certains lentement ; pour quelques-uns, c’est sans effort, pour la plupart, c’est un travail fastidieux, voire douloureux.

Pour acquérir des savoir-faire, c’est du travail. Parfois c’est plaisant, parfois pas. Que l’on apprenne en s’amusant ou en travaillant d’arrache-pied, on en revient toujours au même : de la répétition, de la répétition, de la répétition, jusqu’à ce qu’on sache le faire sans avoir à réfléchir.

Savoir faire et comprendre sont les deux principales cibles d’un élève, de tous les élèves. Il faut laisser le temps à chacun de faire son chemin. Et il faut laisser filer à son allure celui qui est rapide en compréhension et en savoir-faire.

3 Réponses

+1 vote
répondu par AlexRiv Crapaud dingue (92 points) 03-Juillet-2018
Salut Christin!

Ton idée rejoint complètement la mienne et j'ajouterais même qu'il est honteux d'avoir une école comme la notre quand on s'intéresse un tant soit peu à ce que les neurosciences nous disent du fonctionnement du cerveau vis à vis des apprentissages scolaires ou non. Je pense aux apports de Stanislas Dehaene pour les apprentissages formels je ne sais pas si tu le connais. Il y a aussi Catherine Gueguen et Isabelle Filiozat qui travaillent dans les neurosciences affectives et montrent avec toute leur pertinence l'importance de la bienveillance pour attirer l'attention et les connexions d'un cerveau.

Pour ma part mon cheval de bataille est l'éducation populaire, j'ai renié une carrière de psy pour être animatrice et à travers les espaces que permet l'educ pop on assiste à de vrais miracles en terme d'éducation. Je vois que tu as posté plusieurs choses au sujet de l'éducation et je cherche des coapauds désireux comme moi de faire bouger ce système et investir vraiment les adultes de demain. Une idée?
commentée par christin Batracien fou (295 points) 04-Juillet-2018
Génial ! Oui, effectivement j'ai une idée. En fait c'est toi qui l'a fait naître. Je t'envoie un message privé et on en discute. J'ai déjà écrit un livre sur le sujet. ça sera plus facile pour aborder l'inextricable écheveau que ce problème représente.
+1 vote
répondu par Ljl Crapaud dingue (90 points) 04-Juillet-2018
Comprendre, éthymologiquement c'est "Prendre ensemble"
commentée par christin Batracien fou (295 points) 04-Juillet-2018
Tout à fait. C'est tout le concept du mot.
+1 vote
répondu par Poupounet Tétard déjanté (22 points) 07-Juillet-2018

Merci pour ce sujet. 

Qui me fait penser aux travaux d'Idriss Aberkane sur la neuro-ergonomie. 

Je vous recommande : https://www.youtube.com/watch?v=98jUJERcXAo

commentée par christin Batracien fou (295 points) 08-Juillet-2018
Effectivement, ce gars est remarquable d'intelligence, de subtilité, d'humour même. Très sympathique. J'ai aussi écouté sa conférence sur l'égo. Très juste. C'est exactement à ce phénomène que nous nous heurtons dans l'enseignement.

Bienvenue à toi
Crapaud Fou

Vous avez une idée folle après avoir lu le manifeste du Crapaud Fou? Proposez-la ici et recueillez les opinions des autres crapauds fous.

Rejoignez aussi la mare aux crapauds pour des discussions en direct.
...