La dérive des produits Derivés

+1 vote
84 vues
posée par Marc-3rdStone Tétard fou (7 points) 05-Septembre dans Système monétaire
Bon, je me lance...

Ca fait bientôt 30 ans que je bosse dans l'industrie bancaire ou financière. Non en tant que banquier mais dans des sociétés de services, de conseils ou des départements informatiques (IT) au sein des banques. Au debut c'était passionnant de méler joyeusement l'informatique et la Finance, et plus c'était compliqué, plus je m'éclatais. Trouver des solutions optimales, répondre a des problèmes utilisateurs de plus en plus complexes... Quand on nage dans la naïveté, on se rend pas bien compte, on a meme le sentiment de servir a quelque chose en concourant a simplifier la vie des gens (mes clients ou mes collègues banquiers). Depuis une quinzaine d'années, je me suis specialisé dans les produits derivés. En gros les options, les contrats a terme, les swaps, les barrières, les caps, ... je vous passe les détails, sans aspirine ca peut paraitre indigeste. Pour résumer il y en a deux types : les dérivés listés, échangés sur des marchés organisés, et les produits échangés directement entre institutions financieres (OTC). Je ne parle ici que des seconds. Les marchés organisés amortissent beaucoup mieux les risques.

Le point ou je veux en venir, c'est qu'en me spécialisant, j'ai du creuser pas mal dans les details, pour réaliser que c'est très merdique. Desolé j'ai pas trouvé plus court et précis. Les calculs de valorisation sont basés sur des modèles probabilistes, en suivant des loi Normales et agrémentés de quelques paramètres pour affiner la sauce, suite a des avancées de remarquables prix Nobel d'Economie. Mon ton est sarcastique, mais la réalité est la : on enseigne dans les universités que l'Economie est une science (bien placé pour le savoir). On calcule des risques avec la meme précision que les prévisions météo, qui fonctionne dans un meme référentiel chaotique. Il n'y a qu'a ouvrir la fenêtre le matin pour comprendre que tout ceci ne sont que des estimations probabilistes qui fonctionnent parfois. Ou pas.

Or le vrai problème c'est que les résultats de ces calculs nourrissent les bilans et les comptes de résultats des banques, qui sont truffés de positions en produits derivés, donc des montants notionnels avec des effets de leviers conséquents, avec des chiffres qui ne représentent aucunement la réalités des risques inhérents a ces positions. Mais de manière complètement consensuelle, c'est "maîtrisé". Pourquoi consensuelle ? Parce que tous ces bilans sont audités, et que tous les cabinets d'audit utilisant les memes modeles de valorisation, confortent l'idée que tout va bien. La banque A a comptabilisé l'opposé de la banque B avec un écart de 3%, c'est parfaitement satisfaisant. Sauf que si soudainement un chaos emerge sur les marches, l'une des deux, celle qui aura sous estimé une perte latente va prendre un méchant bouillon. Et si elle est très grosse, elle va jouer la carte du risque systémique. Et que si le gouvernement croit a cette menace, il va financer les pertes. Avec l'argent des contribuables. Qu'il n'a pas. Ou pas encore. Alors il va émettre de la dette, sur les marches financiers. Et va payer des intérêts que les banques vont encaisser joyeusement.

Donc depuis 2006 je craque. Aucune industrie n'a jamais été autant subventionnée pour des raisons d'incompétence. Quand on dirige des sociétés en prenant des risques non maitrisés on est incompetent. Quand on pleurniche pour se faire refinancer au frais des contribuables et que 3 ans après on recommence de plus belle, on est incompetent. Parce qu'on a rien appris. Dans cette sphere financiere, complètement decorrelée de l'économie réelle, des opérateurs s'échangent des bombes a retardement, sans avoir la moindre idée de ce que c'est, juste en s'assurant de pouvoir revendre a 10 ce qu'ils ont acheté a 5. Donc la prochaine crise financière, on y va droit.

Alors me voila avec ca, sans trop savoir que faire. Il y a 3-4 ans j'ai pensé écrire un bouquin, une sorte de continuum de ce qui a pu être écrit suite a la dernière crise financière (sub-primes),  car depuis rien ne bouge. Des regulations sont arrivées, mais au total complètement inutiles. Alors j'ai passé une année a lire sur le sujet et plus largement sur le système financier, histoire de pas répéter des choses deja décrites et correctement situer le truc. Et chaque mois passant je déprimais de plus en plus. J'ai tenté d'en parler autour de moi, certains intrigués, d'autres résignés, la plupart inconscients et "houlla ca me dépasse tout ca". Pour conclure que j'allais perdre mon temps sur un bouquin qui ne servirait a rien.

Donc je vous pose pas ici une idée mais une question, ou un appel a l'aide. S'il faut developper, je peux décrire tout ca pendant des heures.

Merci pour votre attention et idéalement vos suggestions.

PS: désolé pour les fautes, ca n'est pas mon habitude mais je n'ai pas de clavier accentué alors pas facile pour le français ;-)

2 Réponses

0 votes
répondu par jerome Crapaud fou (55 points) 07-Septembre
pas de réponse technique faute de compétences mais je relis ton idée pour y voir plus clair.

très bien le livre, ce qu'il faut c'est informer: tu peux donner la référence ?

Donc, quels moyens pour toucher le plus grand nombre ? contacter les médias qui vont bien (Médiapart, LeMédia, ...) ?

tu te sens d'être un lanceur d'alerte ?

au plaisir d'échanger et d'apprendre.

jérôme
commentée par Marc-3rdStone Tétard fou (7 points) 07-Septembre
Je ne sais pas si un livre est une bonne option car le domaine est peut être trop spécialisé ou technique. Qui va lire ca ? des convaincus ? Ceux qui profitent ne vont pas chercher a changer une situation qui leur est bénéfique. Les autres seront rebutés par le sujet je crains fort.
Mais informer je suis très motivé. D'autant que petit a petit le citoyen se fait bouffer, sans meme parfois s'en rendre compte. Un exemple : tous les français ont reçus un papier de leur banque il y a quelques temps les informant que leurs dépôts étaient désormais garantis a hauteur de 100'000 EUR. Ça veut dire quoi ? que si une nouvelle "crise" se produit et que les banques ont a nouveau besoin de liquidités, elles iront taper dans les comptes de dépôts des clients dépassant cette somme. C'est pas un scandale ca ? Donc elles peuvent continuer a deconner, elles ont une désormais une assurance pertes, qui leur évitera de re-demander aux états  de les re-subventionner. C'est plus discret, et par ailleurs certains états ont déjà annoncés que les aides post-crise de 2008 ne seront plus renouvelées.  
Lanceur d'alerte... pas sur d'avoir envie de prendre ca sur mes épaules. Comme je l'expliquais mes lectures m'ont convaincu que la pente prise depuis une quarantaine d'annees est très mauvaise. Donc il n'y a pas que ce sujet des produits dérivés qui dysfonctionne grave.  En fait il y vraiment beaucoup d'énormités dans cette sphère financière. Mais très volontiers pour échanger dessus néanmoins.
0 votes
répondu par Tout est possible Tétard déjanté (27 points) 23-Septembre
Merci pour ce partage
T'es connaissances sont précieuses.
Pourrions nous hacker les systèmes ?
Par exemple, créer des structures qui pourraient utiliser leur fonctionnement pour amener des fond vers des coopératives travaillant pour le bien commun
J'ai appris qu'ils ont commencé à titriser le maintient de la biodiversité. Ne pourrions nous pas faire ça proprement ?
J'ai vu que qonto (néo banque) a maintenant sa propre accréditation bancaire. Ne pourrions nous pas créer une banque ?
...
Moi je viens du monde des startups, de la frenchtec, de la Smart city. J'ai aussi été écoeuré...

Bienvenue à toi
Crapaud Fou

Vous avez une idée folle après avoir lu le manifeste du Crapaud Fou? Proposez-la ici et recueillez les opinions des autres crapauds fous.

Rejoignez aussi la mare aux crapauds pour des discussions en direct.
...