Droits de l’homme

0 votes
125 vues
posée par Garfield64 Tétard dingue (15 points) 11-Mars dans Démocratie
Il me semble indispensable de dénoncer chaque fois que c’est possible le «droits-de-l’hommisme» qui est ce courant d’idée subversif qui attribue à une déclaration d’intention « universelle » une valeur juridique supérieure à tout corpus juridique national.

2 Réponses

0 votes
répondu par mose Batracien fou (343 points) 11-Mars
Je vois pas très bien concrètement de quoi tu parles, est-ce que tu pourrais donner quelques exemples de ce type de subversion ?
commentée par Garfield64 Tétard dingue (15 points) 12-Mars
Soyons simple : le droit d’asile en France fait l’objet d’une procédure claire qui aboutit à une décision binaire oui/non qui relève de la souveraineté française. Quand c’est non, la Cour européenne des droits de l’homme, si elle est saisie, peut empêcher l’exécution de cette décision au nom des droits de l’homme. Cela doit être dénoncé comme un dessaisissement de la souveraineté d’un État membre. Cette décision qui met en échec l’application de la règle établie pour l’exercice du droit d’asile en France est un cas typique d’acte subversif commis au nom d’une référence n’ayant pas de valeur juridique contraignante dans notre pays.
commentée par mose Batracien fou (343 points) 13-Mars
Okay je vois mieux. Mais tu parles d'un potentiel, ce cas s'est-il déjà produit, as-tu des sources?

Cependant c'est pas vraiment le bon endroit ici pour ce genre de débats, cependant.
posée par Rubujeto Crapaud déjanté (138 points) 09-Avril dans Culturelle La ronde des vents
0 votes
répondu par Rubujeto Crapaud déjanté (138 points) 09-Avril

Le sujet des « droits de l'homme » que tu soulèves est complexe. Je pense cependant que pour aborder ce problème juridique, qui dépasse le cadre national et européen, je ne vois pas mille solutions : il faut consulter la rose des vents. smiley

Partant de là, les vents d'exclusion et d'intégration que tu as ressentis, à travers ton exemple sur le droit d'asile, ont déjà été détectés par la juriste Mireille Delmas-Marty. Ils sont décrits dans son livre «Aux quatre vents du monde», à la page 81:

« L'exclusion sans l'intégration, c'est l'enfermement, l'éloignement ou la guerre, mais l'intégration sans exclusion peut aboutir à une fusion mortifière. »

Plus exactement, « le droit d'asile » est un problème que la juriste soulève en 2016 dans cette vidéo, à partir de 24:12 :

« La question de l'immigration, c'est aussi une question qui ne peut à l'évidence être résolue qu'à travers une réflexion mondiale, mais une gouvernance mondiale qui n'existe pas. »

En 2017, elle évoquait brièvement le « principe d'hospitalité » sur cette vidéo, à partir de 19:25, comme une manière de trouver un équilibre entre « exclusion » et « intégration »:

« C'est pas l'hospitalité universelle avec le droit de s'installer partout, mais c'est un principe qui permettrait de pondérer les choses. »

Bienvenue à toi
Crapaud Fou

Vous avez une idée folle après avoir lu le manifeste du Crapaud Fou? Proposez-la ici et recueillez les opinions des autres crapauds fous.

Rejoignez aussi la mare aux crapauds pour des discussions en direct.
...